Blogue du Jardin2m

Chronique de nos conseillers: visite au Jardin Botanique de Montréal

Partir à la découverte des végétaux du Jardin Botanique de Montréal, n’est qu’une continuité de notre travail comme conseillers-horticulteurs d’un grand centre jardin comme le Jardin2m. Constater de visu le comportement des plantes une fois installées dans leur environnement, soumises aux rigueurs des hivers et aux sécheresses des étés, telle était ma mission du mercredi 2 juillet dernier.

Armées de nos appareils photos, ma fille et moi avons arpentées ce magnifique trésor Montréalais deux fois plutôt qu’une, histoire de visiter le plus de jardins possibles : Jardin du sous-bois, Arboretum, Jardin des arbustes, Jardin de Chine, Jardin japonais, Jardin des vivaces…

Présentation du Jardin Botanique de Montréal

Le Jardin botanique de Montréal a vu le jour en 1931. Il a été fondé par le frère Marie-Victorin et conçu par les architectes paysagistes Henry Teuscher et Frederick Gage Todd. Situé au cœur de l’arrondissement Rosemont-La Petite-Patrie, sa superficie s’étend sur 75 hectares. On le considère comme l’un des plus importants jardins botaniques du monde.

Arboretum

Un magnifique jardin d’arbres tous plus matures les uns que les autres, se dresse en plein milieu du Jardin Botanique. De grands espaces verts, agrémentés de panneaux indiquant les différentes essences en démonstration, s’offrent à perte de vue. On s’y promène par des sentiers aménagés et comportant des bancs de repos ici et là. Noyers cendrés, Ginkgo Biloba, chênes matures, catalpas immenses, font partie de ces trésors majestueux à découvrir. Dommage que trop peu de visiteurs s’attardent à l’Arboretum, le détour en vaut pourtant le coup!  

 

Rigueurs de l’hiver

Les conseillers des centres jardin le savent, l’hiver 2013-2014 a été difficile avec les végétaux de toutes les catégories : conifères, arbustes, arbres, vivaces. Ceux du Jardin Botanique n’en font pas exception. Effectivement, en juin 2014, on y trouvait des Taxus rouillés par le froid, des Gleditsia aux branches mortes, des arbustes plus fragiles (comme les magnolias, par exemple) moins vigoureux. De quoi nous rappeler que les végétaux sont des êtres vivants, soumis aux rigueurs des hivers difficiles ou aux attaques des insectes et maladies. Même l’arbre le plus résistant, dans des conditions de microclimat tel que celui du Jardin Botanique, ne peut assurer une résistance à 100% à toutes les épreuves.

 

L’entretien

À l’ère où nous servons de plus en plus une clientèle désireuse de trouver des végétaux sans entretien, la visite du jardin Botanique, conçu et réalisé par de grands architectes paysagistes, nous rappelle que la notion de zéro entretien est une utopie! Des travailleurs minutieux passent des heures à désherber les plates-bandes, tailler les arbustes, aménager et ré-aménager différentes sections,  fertiliser les arbres, restreindre l’expansion d’une plante, tuteurer les végétaux sensibles aux forts vents ou arroser certaines sections lors des canicules. Une plante qui demande peu d’entretien existe certes, pour autant qu’on l’installe dans les conditions qui lui sont favorables et qu’on lui assure un minimum de soins (arrosage, taille, fertilisation…).

 

Coups de Cœur

Et oui! L’horticultrice en moi a eu de véritables coups de cœur pour certains végétaux ou aménagements particuliers. À titre d'exemple, ce grand massif de Lysimachia clethroides à l'entrée du Jardin de Chine, donnant une illusion de centaines de 'cous d'oies' blancs et gracieux, est une image qui m'est restée longtemps gravée en tête. Voilà une belle façon d’utiliser une plante jugée magnifique, mais envahissante!

Ou encore, ce superbe Cornus controversa ‘Variegata’, trônant au milieu d’un aménagement de vert. Le contraste des couleurs de feuillages est un magnifique exemple d’une plante dont l’attrait principal n’est pas les fleurs, mais bien ses feuilles (blanches et vertes). Pour illuminer un coin d’ombre terne, on ne cessera de le répéter, le blanc n’a pas son égal.

                                                                            

 

La passion des beaux végétaux et idées d’aménagements se renouvelle chaque fois que je visite un jardin public. Le Québec regorge de dizaines de jardins à visiter, permettant de s’émerveiller des créations diverses de grands architectes paysagistes, ou d’horticulteurs chevronnés et passionnés. Mais ils permettent aussi, et surtout, d’allumer des idées d’utilisation des végétaux, tout en tenant compte de leurs caractéristiques propres à chacun.

Prenez le temps de visiter au moins un grand jardin public cet été. Votre réflexion horticole sera alimentée à coup sûr!

Nathalie

Partagez cette chronique

Publiée par Jardin2m le lundi 14 juillet 2014

Commentaires

Il n'y a aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Ajouter votre avatar

Vous pouvez créer votre avatar personnalisé sur Gravatar. Gravatar (abréviation de globally recognized avatar) est un service de centralisation d'avatar utilisé sur de multiples plate-formes.

Zone de rusticité

La carte des zones de rusticité des plantes montre les zones qui sont les plus propices à la survie de différents types d'arbres, d'arbustes et de fleurs, d'après les conditions climatiques moyennes de chaque région.

  • 3a
  • 3b
  • 4a
  • 4b
  • 5a
  • Châteauguay5a
  • Gaspé4a
  • Gatineau4b
  • Joliette4a
  • Labelle3a
  • Lachute4a
  • Laval5a
  • Magog4a
  • Mascouche4b
  • Mont-Laurier3a
  • Montréal5a
  • Oka5a
  • Sainte-Agathe4a
  • Saint-Eustache5a
  • Saint-Hyppolyte4a
  • Saint-Jérôme4b
  • Saint-Jovite4a
  • Sorel4b
  • Trois-Rivières4a
  • Valleyfield4a
  • Vaudreuil5a

Localiser ce végétal

ici

Effectuer une recherche

  • Végétaux
  • Produits
0 cm
10 m+
0 cm
10 m+

Effectuer une recherche

Fermer